[Interview] La photo de rue selon Thomas Leuthard

on 16 novembre 2013 in Interview, Photo de rue by with 3 Comments

C’est avec un grand honneur que je vous présente aujourd’hui l’interview d’un grand photographe de rue dont je suis fan, Thomas Leuthard. Je ne l’ai jamais rencontré, il a pourtant accepté avec plaisir de partager avec nous son expérience. Plutôt que de lui poser des question « banales » que tout le monde lui a déjà posé, j’ai décidé d’orienter mes question différemment. J’ai donc lu plusieurs autres interviews pour en apprendre plus sur Thomas…

Thomas Leuthard est un photographe Suisse, qui aime capturer l’humain. Il adore les défis et fonctionne par le challenge. Et sa mission actuelle est de montrer au monde ce qui se passe dans les rues, de les montrer telles qu’elle sont. « We can change this world », telle pourrait être sa devise.

Derrière l’objectif se cache un homme très généreux, qui ne vie pas de sa passion par choix, mais son travail lui permet de vivre sa passion. Il a mène une vie heureuse et comblée, aussi il n’hésite jamais à donner du matériel photo dont il ne se sert plus, ne voyant pas l’intérêt de le vendre.

Un autre point que j’admire chez ce photographe, au delà de son talent évident, c’est qu’il ne se pose aucune contrainte. Il fait ce qu’il a envie de faire. Les puristes diront que la photo de rue passe obligatoirement par les appareils Leica ? Thomas porte un t-shirt sur lequel est inscrit « I don’t Leica » d’un côté et « Leica my ass » de l’autre 😉 Il faut utiliser un grand angle ? S’il a envie d’utiliser un 85mm, il le fait. Point barre ^^

Mais que j’apprécie Thomas Leuthard et ses photos, ce n’est plus un scoop pour vous non ? 😉 Passons donc à l’interview !

 

 

Entretien avec Thomas Leuthard

Bonjour Thomas. Pour commencer, peux tu nous dire ce qui t’intéresse dans la photo de rue et ce que cette discipline t’apporte ?

D’abord, la photographie de rue est disponible partout et tout le temps. Elle est aussi gratuite, du moment que tu as un appareil photo. Elle est toujours différente, éprouvante et sans fin. On découvre de nouvelles choses, on a de nouvelles idées, et les choses changent tout le temps. C’est même imprévisible et on ne sait jamais à l’avance ce qui va finir dans la carte mémoire à la fin de la journée.
Cela me fait voyager, m’apporte équilibre et excitation dans ma vie ennuyeuse de professionnel informatique au compte du gouvernement local. Cela maintient ma créativité et ma curiosité.

 

English version

Hi Thomas. First of all, can you tell us what you find interesting in street photography and what this field brings you ?

First of all Street Photography is available everywhere at every time. It is also free of charge, as long as you have a camera. It is always different, challenging and never ending. There are new things you discover, new ideas you get and things are changing all the time. It’s even unpredictable and you never know upfront what will be on your memory card at the end of the day.
It brings traveling, balance and thrill to my boring life as an IT professional working for the local government. It keeps me being creative and curious.

 

Je ne vais pas te demander quels sont tes photographes favoris, je crois que tu as ton propre style, ta façon de fonctionner. Faire ce qui te plait, c’est ça l’essentiel ?

À mes yeux on n’a pas de photographe favori. J’aime assurément le portfolio de Robert Capa, l’histoire de Vivian Maier et des photos d’autres gens. Mais au bout du compte c’est ta vie, ton œuvre et il faudrait que tu aies ton propre style. Si tu arrives à capturer la vie dans les rue avec ton style unique et ta manière de voir les choses, alors tu as une chance de devenir un photographe de rue de renom. C’est aussi beaucoup plus sympa d’avoir ton propre style plutôt que d’être en permanence comparé aux autres. La photographie de rue c’est un jeu de shoot de ton ego avec un appareil. C’est juste toi et ton appareil. Si tu es incapable de produire quoi que ce soit d’unique tu seras remplaçable et oublié avant d’être connu.

 

English version

I’m not going to ask you who your favorite photographers are, I think you have your own style, your way of doing things. Doing what you like, is that the most important thing ?

In my eyes you don’t have to have a favourite photographer. I sure like the portfolio of Robert Capa, the story of Vivian Maier and some photos of other people. But at the end of the day it’s your life, your work and you should get your own style. If you can capture life in the streets in your own unique style and way as you see it, then you me have a chance to be a successful street photographer. It is also much more fun having your own style than always being compared with others. Street photography is an ego shooting game with a camera. It’s just you and your camera. If you are unable to produce anything unique you will be replaceable and forgotten before you get known.

 

Leaving Yerevan...

 

Certains photographes de rue sont des chasseurs, d’autres sont des cueilleurs. Quelle catégorie te correspond le mieux ?

Je dirais que chasseur est plus approprié. Avec le temps on peut devenir un cueilleur, en récoltant toutes les photos, mais lors de la prise de vue on chasse les gens dans les rues. Comme dit précédemment, c’est comme un jeu de shoot de ton ego. Tu es seul dans les foules dans les rues, chassant un morceau de créativité avec ton appareil dans la jungle de la vie ordinaire.

(note: par chasseur j’entends les photographes de rue qui déambulent dans les rues et prennent une photo quand ils voient des gens intéressants, et les cueilleurs sont les gens qui trouvent un endroit, une composition, et décident d’attendre qu’un homme passe dans le cadre pour déclencher)

 

English version

Some street photographers are more like hunters, while others are gatherers. Which category suits you best ?

I would say that hunter is the best word. Over time you may be a gatherer, by collecting all the photos, but in the moment of shooting you hunt the people in the streets. As mentioned before, it’s like in a ego shooting game. You are alone in the masses of the streets, hunting a piece of creativity with your camera in the jungle of the ordinary life.


Tes photos sont elles toujours improvisées, ou t’arrive-t-il de vouloir faire une photo anticipée, avec une scène ou une composition précise ?

Toutes les photos sont naturelles, mais parfois il y a des scènes, des fonds ou des endroits qu’on voit au préalable. Alors on n’a plus qu’à attendre qu’une personne monte en scène pour complèter le tableau. Comme on ne peut jamais être sûr de ce qu’on va avoir en photographie de rue, il faut être toujours prêt. Quelque chose peut arriver à n’importe quel moment.

 

English version

Are your pictures always improvised, or do you sometimes want to plan a picture, with a particular setting or composition in mind ?

All of the pictures are candid, but sometimes there are scenes, backgrounds or locations you see before. Then you just have to wait until someone enters this stage to complete the frame. As you can never be sure in street photography what you will get, you have to be prepared all the time. At any time something can happen. 

 

Hitchcock

 

J’ai remarqué que tu aimais particulièrement photographier à travers les vitres, utilisant le reflet pour créer une double image. Est ce une façon de raconter une histoire ?

Ce n’est pas vraiment une manière de raconter une histoire. C’est juste un genre de style ou d’effet où il faut s’y prendre à deux fois pour comprendre l’image. C’est aussi intéressant que le photographe soit lui-même visible et en fonction du type de reflet c’est un genre de double portrait. Un portrait d’inconnu combiné avec un auto-portrait.

 

English version

I noticed that you especially liked to take pictures through glass windows, using the reflection to create a natural double exposure. Is it a way for you to tell a story ?

It’s not really a way of telling a story. It’s just a kind of style or effect where you have to look twice in order to understand the picture. It’s also interesting that the photographer is visible himself as well and depending of the kind of reflection it’s kind of a double portrait. I portrait of a stranger combined with a self portrait.

 

Pour toi, ni l’objectif ni l’appareil ne sont important pour faire une belle photo, seule la composition compte. Quelle est alors l’importance de la lumière en photo de rue ?

La lumière est là ou ne l’est pas. Si elle est là elle peut être claire et forte ou faible et douce. Parfois il faut ajuster ses photos en fonction de la direction de la lumière. On ne peut faire certaines photos qu’avec une lumière dans une configuration bien particulière. Silhouettes, ombres, portraits dépendent d’une bonne lumière. Pour moi c’est juste une manière de s’adapter à la configuration lumineuse afin d’obtenir une bonne photo quelle que soit la lumière. En tant que photographe de rue, il faut être souple vis-à-vis de la lumière.

 

English version

For you, neither the lens nor the camera matter in order to take a good picture, only composition matters.  What, then, is the importance of light in street photography ?

Light is either there or not. If it’s there it can bright and strong or weak and soft. Sometimes you have to adjust your photos to the way of light. You can make certain photos only in the right light situation. Silhouettes, shadows, portraits are dependent of the right light situation. For me it’s just a way of adapting to the current light situation in order to get a good photograph no matter how the light is. As a street photographer you have to be flexible also when light is concerned.

 

Sans titre

As tu prévu d’exposer ton travail pour sensibiliser plus de gens sur notre monde actuel ? Une nouvelle mission pour changer le monde 🙂

Ce n’est pas mon but. C’est sûr qu’il y a des photos qui pourraient aider à éveiller les consciences, mais ce n’est pas mon intention. Pour moi c’est une manière d’exprimer ma créativité quand je photographie dans les rues. Bien sûr, je rencontre des gens de toutes classes sociales, mais je ne voudrais pas les montrer du doigt. Si mes photos expriment quelque chose ou influencent quelqu’un pour faire quelque chose de bien pour le Monde, alors c’est bien. Mais ce n’a jusqu’à présent pas été mon but.

 

English version

Do you plan to display your work in order to raise awareness about our world ? A new mission to change the world 🙂

This is not my goal. Sure there are some photos which could help to raise awareness, but this is not my intention. For me it’s a way of creativity and expression when I shoot in the street. Of course I meet people from all the different levels in society, but I would not want to point the finger to it. If my photos express something or influence someone to do something about our World, it’s good. But this was not my goal so far. 

 

Tu ne te préoccupe pas des lois concernant le droit à l’image: en quoi la photo de rue vaut-elle la peine de prendre un si grand risque ?

Bien sûr, il y a des lois qui, en théorie, m’empêchent de publier mon travail. Je ne vois pas ces lois comme un gros risque. Pour moi, la satisfaction et la manière dont je vis ma créativité ont bien plus d’importance et de valeur. Je sais qu’un jour j’aurai un souci avec la loi, mais d’ici à ce que ça arrive je vais continuer de profiter de la vie en tant que photographe de rue.

 

English version

You do not concern yourself with laws about publishing people’s image: what makes street photography worth taking such a risk ?

Sure there are some laws which, in theory, prevent me from publishing my work. I don’t see those laws as a big risk. For me the satisfaction and the way I can live out my creativity is much more important and valuable. I know that one day there will be an issue with the law, but until this happens I will keep enjoying my life as a street photographer.

 

The Look...

Cela fait à peu près 5 ans que tu photographie dans les rues du monde entier, as tu déjà remarqué un changement important dans la vie des gens, dans leur situation ou comportement ?

Non, je ne pense pas déjà voir une différence. Je ne sais pas, si j’en verrai une. La raison en est que je fais très souvent des photos et qu’on s’habitue aux changements qui ne sont pas instantanés. Le changement prend place dans la durée, et je ne m’en rendrais pas compte. Peut-être dans 10-20 ans verra-t-on une différence de comportement, mais pas après 5 ans.

 

English version

You’ve been photographing streets around the world for a bout 5 years, have you already noticed big changes in people’s lives, in their situation or their behavior ?

No, I don’t think that I can already see a difference. I don’t know, if I will every do. The reason for that is that I shoot very often and you would get used to changes which will not happen instantly. The change will take time and I would not realise that. Maybe in 10 – 20 years we can see a difference in behaviour, but not after 5 years.

 

Qu’est ce qui te différencie d’un journaliste ?

Le journaliste a une histoire à raconter et est payé pour ça. Je n’ai parfois pas d’histoire et je ne le fais pas pour l’argent. J’observe juste la vie et je photographie ce que je vois. Parfois c’est juste des lignes et des motifs, parfois il y a une histoire énorme dans le cadre. Mais la plus grande différence est que je peux faire ce que je veux et que je suis libre dans ce que je fais.

 

English version

What is the difference between you and a journalist ?

The journalist has to tell a story and gets money for it. I sometimes don’t get a story and don’t do it for money. I just observe life and shoot what I see. Sometimes it’s just lines and patterns, sometimes there is a huge story in the frame.  But the biggest difference is that I can do what I want and that I’m free in what I do. 



Silence...

 

Est ce qu’il t’arrive de rater une photo, de manquer l’instant décisif ?

Ça arrive souvent. Je n’ai pas plus de photos mémorables que les autres. Je travaille juste plus dur et photographie plus souvent. Mais toujours 95% de ces clichés seront supprimés à la fin de la journée. Ça maintient l’interêt de la photographie de rue, quand on sait qu’on n’a pas toujours ce qu’on veut.

 

English version

Do you ever screw a picture up, miss the decisive moment ? 

This happens often. I don’t get more keepers than others. I just work harder and shoot more often. But still 95% of this shots will be deleted at the end of the day. It keeps street photography interesting when you know that you cannot always get what you want. 

 

Si par hasard, tu me photographie dans la rue. M’offrira tu la photo ?

Si on me demande d’être pris en photos, je suis le premier à envoyer la photo à la personne. Mais vu que ça n’arrive pas très souvent, je ne le fais pas. Ce n’est pas non plus mon but, que les gens se rendent compte que je les ai pris en photo. Donc en temps normal personne ne me demande d’être pris en photo. Mais je peux faire un portrait de toi et tu peux le télécharger sur flickr, si tu ne t’es pas rendu compte de ma présence lors de la prise de vue.

 

English version

If, by chance, you were to take a picture of me in the street, would you give me the picture ? 

If someone asks me for the photo, I’m the first one who would send it to the person. Since this happens not very often, I cannot do. It is also not my goal that people realise that I took a photograph of them. So normally nobody asks for a photo. But I can make a staged portrait of you or you can download it from Flickr, if you don’t realise my appearance.

 

Stay on the f***ing bus...

 

Pour conclure cet échange, pourrais tu sélectionner une de tes meilleurs photos et nous présenter son histoire, son making-of ? (photo ci-dessous)

J’étais au Terminus de la gare de Chhatrapati Shivaji à Mumbai où il yavait plus de 1000 trains et environ 3 millions de personnes en transit. Et j’ai eu une seule personne dans le cadre. Comment était-ce possible? La réponse est assez simple. À gauche il y avait les trains de banlieue et à droite les trains grandes lignes. Au milieu il y avait ce couloir avec une lumière fantastique et seulement quelques personnes qui passaient. Donc je n’ai eu qu’à attendre pour que la bonne personne entre dans le cadre.
Bombay #7

 

English version

As a conclusion, could you pick one of your best shots and tell us more about the story behind it, and its making of ?

I was at the Chhatrapati Shivaji Terminus railway station in Mumbai where there are more than 1’000 trains and about 3 millions of people travelling through. And I got one single person in the frame. How was this possible? The answer is quite simple. On the left there are the local on the right the long distance trains. In the middle there is this corridor where there was this fantastic light and where only a few people were passing by. So I only had to wait until the right person enters the scene.

 

Merci beaucoup Thomas (quel beau prénom ^^) d’avoir accepté de partager ton expérience de photographe de rue avec nous, j’en suis très honoré ! Bonne continuation, bonnes photos !

 

 

Son blog Eye5 est maintenant fermé, ainsi que son compte Twitter. Mais il reste son compte Flickr et sa page Facebook ! Sans oublier son site internet ! (Thomas a depuis ouvert un nouveau blog sur son site thomas.leuthard.photography)

Je vous encourage aussi à (re)lire ses livre numériques qui sont tous les quatre gratuits, mais seuls deux ont été traduit en français. Ces dernières versions ne sont étonnamment plus disponible sur le site de Thomas, je vous propose donc un lien personnel (merci Laurent Breillat d’avoir fait traduire les livres, merci Antoine Heudre de les avoir traduit) pour les télécharger (pour les 4 livres en version anglaise, c’est ici):

 

                                        Twitter           Twitter

 

J’espère que vous avez apprécié cette interview, de mon côté je suis plus qu’honoré d’avoir pu la réaliser. J’aimerai du coup pouvoir interviewer d’autres photographes internationaux talentueux !

J’en profite pour remercier @Fiftywan, aka elPadawan,  pour la traduction FREN 😉

 

3 Responses to [Interview] La photo de rue selon Thomas Leuthard

  1. […] régulièrement des interviews de photographes, et principalement des passionnés de photo de rue. Thomas Leuthard a déjà ouvert le bal, d’autres viendront compléter la […]

  2. muy dit :

    C’est avec grand intérêt que j’ai lu votre article sur votre rencontre et interview de Thomas Leuthard, que j’ai découvert sur un autre site. Je suis fan aussi ! Un grand merci pour votre généreux partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

« »