Photo de rue: quels réglages utiliser ?

on 18 août 2014 in Non classé, Photo de rue by with 31 Comments

On dit que l’appareil photo ne fait pas la qualité d’un photographe et c’est tout à fait juste, c’est son regard qui rendra belles ses compositions. Mais pour cela, nous sommes bien obligé de passer par la technique, sans quoi nos photos ne seraient en réalité que des souvenirs impossibles à partager. Je vais parler des différents réglages que l’on peut utiliser en photo de rue, mais cela peut également être utile pour d’autres disciplines.

Quels sont les réglages couramment utilisés en photo de rue ? Quel programme choisir, que faire des ISO, comment faire la mise au point, quel mode de mesure de la lumière utiliser, voici les questions auxquelles j’essai de répondre dans cet article, si réponse il y a 😉

 

 

 

Quel programme utiliser ?

Priorité à l’ouverture

C’est le mode le plus couramment utilisé en photo de rue, puisque le photographe qui pratique cette discipline cherchera généralement à avoir le plus de profondeur de champ possible. Dans ces cas là, on se rapproche de la photo de paysage et on choisira une ouverture entre f/8 et f/11.

Je ne parlerai pas du piqué que l’on dit meilleur à ces ouvertures –mince, c’est fait, je ne suis pas technicien et je crois que les objectifs actuels offrent une très bonne qualité même à pleine ouverture. La différence n’est pas toujours flagrante, sauf peut être sur le bas de gamme.

On peut également choisir une ouverture plus grande pour justement jouer avec la PDC, c’est généralement l’effet recherché lorsqu’on fait un portrait, pour détacher le visage de l’arrière plan. Mais avec une ouverture de f/2 par exemple, il faut assurer la MAP !

 

Priorité à la vitesse

Dans certaines situations, il devient nécessaire de maitriser la vitesse de l’obturateur plutôt que son ouverture. C’est notamment le cas lorsque vous souhaitez figer une action relativement rapide (une personne qui court ou un cycliste) ou au contraire créer un effet de flou pour montrer le mouvement d’une façon différente. Dans le premier cas, on aura besoin d’une vitesse rapide, et d’une vitesse lente pour le second.

On redonne alors le contrôle de l’ouverture à l’appareil et on choisit une vitesse adaptée. Pour créer un effet de flou d’une personne qui marche, je sélectionne une vitesse autour de 1/30 de secondes. Même réglage pour un filé de cycliste, et si je souhaite figer son mouvement, j’augmente jusqu’à 1/200 de secondes.

 

Mode Manuel

Choisir une ouverture pour maitriser la profondeur de champ tout en s’assurant d’une vitesse suffisamment élevée pour figer la scène, quitte à bruiter légèrement l’image en augmentant la sensibilité ISO, voilà ce que permet le mode Manuel. Il m’arrive de l’utiliser et de laisser la sensibilité en automatique, ce qui laisse à l’appareil la liberté de l’ajuster.

C’est quelque chose qu’il faut anticiper, parce que ce besoin peut arriver à n’importe quel moment, notamment celui où vous n’êtes pas en mode manuel ^^ Mon X100s me permet de passer rapidement du mode priorité ouverture (ou vitesse) au mode manuel, je n’ai pour cela qu’à tourner la molette des vitesses (ou le diaphragme).

 

Mode Automatique

À vrai dire, je n’ai jamais vraiment utilisé le mode tout automatique, mais depuis que j’ai vu Thomas Leuthard le faire sur son OMD, je me dit pourquoi pas. Les appareils actuels sont de plus en plus efficaces pour éviter de se faire piéger par la luminosité, et dans des conditions si on peut dire idéales de lumière, il suffit la plupart du temps. Tout dépend de votre scène et du résultat que vous souhaitez obtenir. Si par exemple vous tenez absolument à ce que votre portrait urbain ai une faible profondeur de champ, mieux vaut choisir votre ouverture. Mais si votre composition est plus large, sans effet particulier, alors le mode automatique ferra le job. L’idéal est encore une fois de connaitre son appareil photo pour savoir dans quelles situations le mode auto pourrait se faire piéger.

 

La Bibliothèque - Herblay - Juillet 2014
DSCF9539

 

 

 

Que faire de la sensibilité ?

L’idéal est d’avoir un appareil photo qui permet de régler les ISO en automatique en fixant une valeur maximale, tout en fixant une vitesse minimale pour éviter le flou de bougé. C’est le cas de mon X100s et la plupart du temps je ne me souci pas de la sensibilité. Mais parfois, il faut être plus malin que l’appareil et choisir soit même sa valeur. Il peut être utile de fixer les ISO sur 400 ou 2000 suivant la qualité de votre capteur pour être vraiment à l’aise avec votre vitesse, alors pensez y !

Si vous n’avez pas la possibilité de mettre les ISO en automatique, choisissez les manuellement, c’est assez faille à faire. Si votre journée est très ensoleillée, privilégiez une sensibilité très faible, la plus petite que vous propose votre appareil (généralement ISO100, mais cela peut aussi être 50 ou 200). À l’inverse, une journée nuageuse ne fournira pas la même quantité de lumière alors il faudra augmenter la sensibilité du capteur de ISO400 à ISO3200 suivant votre appareil photo (tous les appareils ne réagissent pas de la même façon face au bruit numérique, tout dépend de la qualité de leur capteur).

 

 

 

Quel mode de MAP utiliser ?

Automatique

Choix du collimateur: c’est le mode de mise au point que j’utilise 90% du temps. Efficace dans la plupart de situations, je choisis mon collimateur pour faire ma mise au point sur mon point d’intérêt si j’ai le temps, sinon j’utilise le central et fait la technique du « mise au point puis recadrer ». Sur mon X100s, j’ai la possibilité de modifier la taille du collimateur, ce qui me permet de m’adapter aux conditions de lumières: un grand collimateur sera rapide mais peu précis, notamment en basse lumière, tandis qu’un petit sera lent mais bien plus efficace. Il faut savoir s’adapter 🙂

Détection de visage: c’est une option que je n’ai pas –encore, j’attend une éventuelle mise à jour du X100s, mais qui est me semble-t-il très utile. Ne plus se soucier de la mise au point mais uniquement penser à la profondeur de champ, ça doit être cool ^^ J’imagine le gain de temps énorme !

Si vous possédez cette fonction sur votre appareil photo, je vous encourage à nous dire ce que vous en pensez dans les commentaires, je serai curieux d’avoir un retour d’expérience. 

Manuel

Hyperfocale: cette technique consiste à pré-régler la MAP sur une distance définie qui assurera d’avoir une profondeur de champ suffisamment grande. N’oubliez pas que celle ci est liée à l’ouverture mais aussi à la distance de MAP. Il faut connaître son appareil photo, mais c’est à ça que sert l’hyperfocale: une formule permet de calculer la distance à laquelle la MAP apportera le plus de netteté à l’image, la plus grande PDC (recherchez « hyperfocale -votre référence d’appareil photo- » sur Google et vous devriez trouvez vos distances sans problème). Pour donner une exemple, une focale de 35mm et une ouverture de f/11 donnera une hyperfocale d’environ 3m, ce qui signifie concrètement que l’image sera nette de 2m (1/3 de l’hyperfocale avant le point d’hyperfocale = 1m avant le point de MAP situé à 3m = 3m – 1m = 2m – c’est ce que dit la règle de l’hyperfocale ^^) jusqu’à l’infini. L’énorme avantage: pas de temps perdu pour la MAP, la prise de vue est quasi instantanée !

Mise au point avec aide: il s’agit ici de simplement utiliser manuellement la bague pour faire la mise au point là où vous le souhaitez. Ce n’est pas toujours facile, c’est pourquoi je le fais rarement, mais certains appareils possèdent une aide à la MAP. Les Leica sont, me semble-t-il, les plus favorisés (ils superposent deux images au centre qui s’alignent parfaitement lorsque la zone est nette), mais d’autres marques trouvent des alternatives convaincantes. C’est le cas de Fujifilm avec le Focus Peaking ou le Digital Split Image.

Et dans des situations où le temps n’est pas votre ennemi et les conditions de lumière difficiles, la mise au point manuelle pourrait bien vous sauver !

 

 

 

Quel mode de mesure de la lumière ?

Matriciel

IMG_3210

Ce mode utilise presque la totalité de l’image pour calculer son exposition, et il est adapté à la plupart des situations. Il faut pratiquer pour mieux connaitre son boitier pour ainsi éviter de se faire piéger, car il existe des situations où l’appareil photo ne réagira pas comme vous le souhaiteriez. Si vous souhaitez rendre compte d’une situation sombre, avec juste une petite zone éclairée, il faudra corriger l’exposition en sous-exposant: l’appareil verra une scène globalement sombre et décidera plus ou moins selon le modèle de sur exposer la scène pour que tout soit clair. À l’inverse, il faudra sur-exposer pour une scène très lumineuse, que l’on souhaite garder lumineuse.

 

Spot

DSCF0885

Le mode spot n’utilise qu’une toute petite partie de l’écran et est très utile pour les contre-jour notamment, mais aussi pour les scènes peu lumineuses. Dans ce cas, il est plus efficace que le mode Matriciel. Le mode Spot peut également être utilisé avec la technique du Zone System: je ne veux pas rentrer dans les détails parce que je ne maitrise pas cette technique, sachez simplement qu’elle permet de faciliter la prise de vue lorsque l’on a une vision très précise du rendu finale de notre photo, en jouant sur les différentes zones de tonalités T___T’ Je crois que cette phrase est plus abstraite que la technique elle même ^^ Dans tous les cas, ce n’est pas forcément très utile pour la photo de rue selon moi, mais j’en reparlerai peut être sur le blog.

 

 

 

Conclusion

Maintenant que vous avez lu l’article, je peux vous l’avouer: vous apprendrez plus en lisant mon article sur le Nombre d’Or que celui ci qui ne parle que de technique 😉 Blague à part, il me parait essentiel de rappeler encore une fois que le plus important dans la photographie, c’est la composition de nos images, l’harmonie qu’on y apporte. Et chacun y va de sa touche personnelle, c’est en fonction de notre propre regard, de notre façon de voir les choses. L’appareil photo n’est pas si important qu’il n’y parait, mais on ne peut pas négliger l’aide précieuse qu’apporte la plupart de ses fonctions. La technique passe après, mais elle ne peut pas être oublié, c’est une contrainte dont il faut essayer de s’acquitter par l’expérience, alors photographions, encore et encore !

 

 

Si la photo de rue vous intéresse et que cet article vous a plu, ne ratez pas la page dédiée à la photo de rue !

LA PHOTO DE RUE

 

 

31 Responses to Photo de rue: quels réglages utiliser ?

  1. Pyrros dit :

    Que de bons conseils pour la photo de rue … et pour les autres, preuve que la technique est transversale d’une pratique à une autre
    Pyrros Articles récents…Luchon tire un feu d’artifice au dessus des thermesMy Profile

  2. Encore un article très complet et très bien détaillé, si avec ça tu n’as pas inspiré de nouveau urban photographer, je ne comprend plus rien! 😉
    Alex De Morière Articles récents…De A à ZMy Profile

  3. David dit :

    Waouw, très bel article, sur le fond comme sur la forme : il est bien écrit, le contenu est précis, juste et intéressant ! Et en plus les illustrations collent avec le sujet : top ! J’utilise aussi beaucoup les ISO auto : souvent en conditions difficiles, je fixe l’ouverture et la vitesse pour être sur de mon résultat, mais je laisse la sensibilité se faire automatiquement pour être sur d’avoir quelque chose de correct ! Et ça marche plutôt bien grâce aux paliers que je peux fixer sur mon boîtier !
    Pour l’hyperfocale : il existe des appli pour la calculer simplement, je pense à DOF par ex dont j’avais parlé ici : http://www.dsteiner.fr/smartphone-applications-mobiles-pour-photographes/
    Il m’arrive aussi d’utiliser le live view que tu n’as pas évoqué quand je veux shooter quelque chose à travers une fenêtre par exemple et que je veux être sur que la mise au point est bonne (dans un viseur optique de reflex, on n’a pas de certitude contraire à l’EVF de ton x100s !
    Voilà pour mon point de vue !

    • Thomas Benezeth dit :

      Merci beaucoup David 😉 C’est rassurant de voir qu’on utilise les mêmes techniques, notamment pour les conditions de lumière difficiles ^^ Je connaissais les app pour l’hyperfocale, c’est vrai que c’est pratique. C’est encore plus simple quand, comme moi, on n’a qu’un seul objectif: ça fait moins de valeur à retenir ^^

      Je suis aussi d’accord pour le liveview mais ça ne rentrai pas dans le cadre des réglages à proprement parlé 🙂 Merci encore !!

  4. Seb dit :

    Belle synthèse, bravo pour le taf 😉
    Perso, je suis quasi toujours à pleine ouverture pour mes photos animalières, c’est à dire F4 sur mon 300mm. Et je rêve du 300 F2.8 pour avoir un bokeh encore plus crémeux, mais bon… Difficile d’expliquer cela à Madame pour justifier le budget du bestiau :-/
    Pareil pour les portraits : pleine ouverture :-p
    Mais je vais quand même tenter une sortie street photo en hyperfocale…. Juste pour voir 😉
    Seb Articles récents…Test : Livre Photo Planet-CardsMy Profile

    • Thomas Benezeth dit :

      Merci Seb 😉

      J’aurai pensé que pour la photo animalière, où ça bouge généralement plus vite qu’en photo de rue, tu utiliserai souvent l priorité vitesse ^^ Tu as montré à Madame des photos prises avec le 300 f/2,8 ? Ça l’aidera peut être à accepter 😛

      Tu nous montrera le fruit de ta sortie photo de rue hein ? 😉

      • Seb dit :

        Oui, effectivement, pour les sujets mobiles genre oiseaux en vol, la priorité vitesse est recommandée pour figer le mouvement ou au contraire donner une impression de mouvement… Mais comme je ne fais pas de BIF (birds in flight) mais plutôt de la grande faune statique, c’est priorité ouverture pour moi 😉

        Pour la photo de rue, je crois qu’il me faudra pas mal de sorties avant d’avoir qq chose à montrer… En fait, il me faudrait un stage avec toi, histoire d’apprendre à exercer mon œil 😉
        Seb Articles récents…Test : Livre Photo Planet-CardsMy Profile

    • David dit :

      Bon par contre, la street photo au 300mm, ça risque d’être compliqué lol #troll

  5. Aymeric dit :

    Tout à fait d’accord avec ton article Thomas.

    De mon coté, je viens de passer un mois avec mon x100s et voici MON réglage favori presque passe partout : mode P, limite d’ISO fixée entre 400 et 3200 avec une vitesse min. imposée à 1/125 dans la rue ou en paysage et 1/60 en intérieur.

    Je ne m’embête plus trop avec les réglages, après m’être torturé l’esprit avec un reflex pendant des années, et mes photos n’en sont pas plus moches…

    Aymeric

    • Thomas Benezeth dit :

      😉 Tu as raison de ne plus te prendre la tête avec ça ! Tes réglages sont bien pour le X100s et la plupart des situations mais il faudra bien passer en mode vitesse pour jouer avec la vitesse, par exemple ^^

      Je suis aussi dans ce style de réglage 90% du temps mais je voulais aussi parler des autres situations plus spécifiques !

  6. […] Photo de rue: quels réglages utiliser ? Quels sont les réglages couramment utilisés en photo de rue ? J'y réponds dans l'article !  […]

  7. […] photo de rue est un thème qui peut sembler ardu au premier abord. Thomas Benezeth nous aide à trouver les bons réglages pour ce type de […]

  8. […] Quels sont les réglages couramment utilisés en photo de rue ? Quel programme choisir ? Que faire des ISO ? Comment faire la mise au point ? Quel mode de mesure de la lumière utiliser ?  […]

  9. elpadawan dit :

    Je vais me faire gronder, j’ai pas fait ça du tout… ou presque… Pendant mon voyage, j’ai tenté de faire des photos de rue, un peu. En fait, il y avait plusieurs situations qui forçaient mon mode d’utilisation de l’appareil photo:
    1) depuis un véhicule en mouvement: pas le choix, je me mets en mode Tv pour forcer un temps de pose assez court pour capturer l’image à peu près nettement
    2) balade tranquille: Ben là je prends mes photos normalement, donc pas de règle
    3) balade en lieu bondé (type marché couvert, rue touristique): là, pas trop le choix: avoir le nez sur le viseur pose un risque pour le sac à dos (pickpockets… un œil dans le viseur, on est beaucoup moins au fait de ce qui se passe autour). Donc mode P, compensation d’exposition (-1 pour un lieu sombre), focale à environ 24mm, et appareil sur la hanche, pour des photos au petit bonheur la chance… 😀
    elpadawan Articles récents…I’m back!My Profile

    • Thomas Benezeth dit :

      Haha, oui tu vas te faire gronder, c’est pas moi qui l’ai dit 😉

      Mais qui fait de la photo de rue dans un véhicule en mouvement, sérieux ? 😉
      Quand tu es en balade tranquille, et bien tu fais comme j’explique dans mon article: priorité ouverture ou vitesse suivant le besoin, parfois manuel si nécessaire, et auto si tu as la flemme :p
      Je comprend que tu préfère ne pas mettre l’oeil dans le viseur quand il y a trop de monde mais rien n’impose alors d’utiliser le mode auto.

      Mode Tv ? C’est quoi ? Mode vitesse ?

  10. Serrurier neuilly sur marne dit :

    Normalement je ne connais rien en photographie, mais j’ai fortement apprécié votre article sur les photo de rue 🙂

  11. Chris dit :

    Bonjour Thomas,

    Un petit doute: je n’ai pas trouvé la mesure spot …n’y en a t il pas sur le x100s?
    J’aime de temps en temps avoir des photos oú seule demeure une partie éclairée ( ex: un personnage à contre jour dans un espace de lumière).
    Si je veux mesurer l’expo sur la zone eclairée, quelle mesure prendre alors? ( parmi les 3 du boitier).
    J’avoue ne pas être fortiche dans ce domaine car jusqu’à peu, je ne m’ y interessait pas.Sur mon canon je restais toujours en mesure pondérée de mémoire…
    🙂

    • Thomas Benezeth dit :

      Salut Chris !!

      Si si il y a bien la mesure spot sur le X100s ! Appuie sur la touche AE, et tu auras 3 choix: Multi (c’est la matricielle, celle qui correspond la plupart du temps, calcul sur quasiment toute l’image), Centrale (c’est la mesure SPOT !!! 😉 ) et Moyenne (je crois que c’est similaire à Multi mais le calcul se fait sur une partie plus petite de l’image – mais toujours plus grande que la mesure spot).

      Ta dam 😉

  12. Chris dit :

    Je te remercie.
    J’avais un doute..;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

« »